Les 5 Commandeurs

 

Je n'ai pas de muse.

C'est normal : je m'amuse. Peut-être que l'une d'elles m'avait élue, mais je ne me suis pas pris suffisamment au sérieux quand j'étais jeune et je ne me la suis pas joué comme il fallait.

Je ne suis qu’un artisan obstiné. Ce n’est pas très glorieux et "ma" muse est allée voir ailleurs.

Personne donc, à mes côtés. J’entends côté artistique. Parce que pour la vie, il y a eu Liane. Rencontrée le 12 janvier 1967. Jour de son anniversaire. Nous visons ensemble. Et c’est bien. J’en parle ailleurs.

 

Mais …

Depuis toujours, je porte mon regard vers l’horizon : s'y tiennent cinq Commandeurs.

Si j’étais sculpteur, je leur taillerai d'immenses statues. Pour que d’autres les remarquent et bénéficient de leurs enseignements. Personnellement, je n’ai pas besoin de leurs effigies : ils sont dans ma tête. Et lorsque je parle « d’horizon », il s’agit d’une image.

 

 

 

Christophe Colomb

L'homme (1451-1506) qui regardait ailleurs.

Voici sa statue à Barcelone. Ça de la gueule, non ?

C'est sa méthode qui me plait, pas l'homme.

 

 

 

 

Lire le propos

 

 

Savinien de Cyrano

L'homme (1619-16556) qui a inspiré le personnage créé par edmond Rostand, cet homme "souffrant" d'une Spondylarthrite ankylosante : la colonne vertébrale raide, Cyrano de Bergerac ne pouvait la plier devant quiconque.

Ce buste se trouve dans le cimetière du Père Lachaise où Savinien de Cyrano (dit de Bergerac) est enterré

Je salue courtoisement l'homme de chair, mais je me sens en harmonie avec le personnage imaginaire qu'il a inspirté.

 

Lire le propos

 

 

Bernard Palissy

L'homme (1510-1589) qui brûlait ses meubles.

Il figure pour moi celui qui est prêt à sacrifier beaucoup pour atteindre le but qu’il s’est fixé dans sa jeunesse. Moi, ce n'est pas les meubles que je brûlais. C'est la maison entière.

Pourquoi a-t-il la tête baissée : peut-être parce qu’il vient d’être condamné à mort à cause de ses idées. Sa peine sera commuée en prison à vie : il est mort à la Bastille. Certains disent qu’on l’y a tué. J'aurais eu plaisir à lui serrer la main.

 

Lire  le propos

 

 

Fra Angelico (ou Guido di Pietro ou Fra Giovanni)

L'homme (1395-1455) qui a tout appris à Seurat et à Signac.

Je l'ai découvert à Florence il y a quelques mois. Quel fou !.

Sur l'une de ses peintures figureraient plus de 10.000 taches de couleurs. Je connais la peine que cela représente, puisque mon Chef d’oeuvre en compagnonnage en cours de réalisation, Lascaux, au-delà des images, comporte déjà 15 235 fichiers à ce jour (17/17/2108).

Combien en comportera-t-il dans cinq ans quand la « chose » sera terminée ? Il ne faut pas compter sa peine lorsqu'on tutoie les Maîtres.

 

Lire le propos

 

 

Van Gogh

L'homme (1853-1890) qui peignait pour lui.

Le film de Pialat montre Van Gogh peignant pour 1 sou, le portait d’un gamin. Ce serait le seul tableau qu’il aurait vendu. Est-ce vrai ? Je ne suis pas historien. Mais l’image me convient : celle d’un homme qui parvient à un certain détachement dans une société où le fric, le flouze, l’avoine, les fifrelins, la fraîche, la galette, le pognon, les thunes, le blé, les biftons, les ronds, … l’argent quoi, est si important.

 

Lire le propos

 

 

Origine des images :

- Colomb : commons.wikimedia.org

- Cyrano : monument funéraire au cimetière du Père Lachaise

- Palissy : commons.wikimedia.org

- Fra Angelico : sculpture de Jean Boucher (médiathèque de La Roche-sur-Yon)

- photo reproduite à partir de vangogh.fr (auteur non cité)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont