ENTRETIEN : 06/07/2005

 

EHESS (École des hautes études en sciences sociales) - bureau de Maurice Godelier

 

 

Fiche technique

 

Production                Espaces et CNRS Images

Réalisateur/Director   Jacques Willemont

Cadreur/Operator       Arlette Girardot

Assistants                 Geraldine Oudin

                               Elise Hagege

Monteur/Editor          Marie Horassius

 

 

 

 

 

L'entretien complet

2 heures 4 minutes 33 secondes :

 

 

Transcription

PDF

 

 

24 SEQUENCES

01 - « C’était ce que j’avais lu dans les livres » : 

02 - « J’ai eu beaucoup de moments d’émotion » : 

03 - « Ils en avaient eu pour 400 dollars, et avaient droit à des anthropophages » : 

04 - « L’Autre est relativement opaque, mais il n’est jamais absolument opaque » : 

05 - « Ils étaient contents que je sois avec eux » : 

06 - « Les six premiers mois, j’ai merdé complètement » : 

07 - « Après, je pouvais enfiler les perles » : 

08 - « Les Baruya téléphonent à l’anthropologue de service … » :

09 - « Les paroles brèves » :

10 - « La plupart du temps, on ne te cache rien. C’est toi qui ne comprends pas » :

11 – « On est quand même des voyeurs » :

12 - « Maurice, on vient te dire qu’il faut que tu partes » :

13 - « J’ai 71 ans, il faut se reporter quand j’avais 26 ans » :

14 - « Braudel avait de beaux cheveux blancs » :

15 - « Un expert avec du lait dans le nez » :

16 - « Deux heures après, il se suicide » :

17 - « Ils sont tout à fait... avec des arcs et des flèches » :

18 - « Il n’y avait que les Baruya qui étaient intéressants » :

19 - « Ce jeu, cette succession de hasards » :

20 - « Je trouve que j’en ai fait trop » : visionner

21 - « La production des grands hommes » : visionner

22 - « Maurice Godelier prend-il les femmes pour des connes ? » : visionner

23 - « Ce n’est pas du journalisme » : visionner

24 - « Il faut être assez cultivé quand même … » : visionner

 

 

 

Si vous constatez une erreur, signalez-nous message.

Merci   

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont