Godelier

 

 

 

 

En cours de rédaction.

 

 

 

2005 : disappearing world

Imaginez. Réunir dans une série de coffrets de DVD, quelques unes des figures les plus originales de l'anthropologie. L'anthropologie française d'abord, puis internationale : Philippe Descola,

Marie Douglas (Britannique), Sendenjav Dulam (Mongol), Maurice Godelier, Roberte Hamayon, Viviana Paques, Germaine Tillion, etc.

Maurice Godelier en 2005

 

J'ai commencé en 2010 par Viviana Pâques

Je possède en effet  une documentation exceptionnelle sur son travail au Maroc et sur les Gnawa qu’elle a étudiés pendant plus de 30 ans. 

Souhaitant associer l’université de Strasbourg dont elle fut la directrice de l’Institut d’ethnologie, j’ai découvert que le milieu universitaire français qui sait mieux tout, que le reste du monde, délaissait les DVD pour le tout numérique ne ligne.

J’ai eu beau leur expliquer que pour la transmission des connaissances via les médias électroniques, il en était pour moi comme du petit déjeuner, donc avec beurre ET confiture, rien n’y fit.

J’ai dû passer par la moulinette de l’UOH, grosse plateforme informatique dirigée depuis Strasbourg, dont les outils sont rigides comme le pasteur protestant qui sert de Président. J'ai également dû limiter mes ambitions à une initiation à l’ethnologie pour laquelle j’ai bénéficié de la compétence en méthodologie d’Isabelle Bianquis.

Ce que nous apprend l'Antrolopologie (FR)

What we learn from anthropology (EN)

 

Si vous constatez que plusieurs fonctions sont défaillantes (ce dont je suis désolé, mais je n’y peux rien), je vous invite à cliquer RÉCLAMATION.

Un mail s’affichera automatiquement et vous pourrez signaler cette dysfonction au Président de l’UOH.

 

 

Pour pouruivre avec Maurice Godelier.

Je l'ai choisi parce que nous nous sommes rencontrés en 1975, lors du Festival

L'homme regarde l'Homme que je venais de créer à Créteil.

L'interview réalisé pour la revue Impact (page 14) l'année suivante faisait écho à nos propres préoccupations concernant l'apport de l'audiovisuel dans les études ethnologiques.

Maurice Godelier a naturellement trouvé sa place dans le comité scientifique de la 3ème édition du festival L'Homme regarde l'Homme (page 5) qui s'est tenue en 1978 au Centre Georges Pompidou.

 

Puis, nous nous sommes perdus de vu.

J'ai beaucoup regretté de ne l’avoir pas recontacté à partir de 1981, date à laquelle il a été appelé de d’importantes responsabilités au CNRS.

Il est vrai que sa garde rapprochée concernant l’audiovisuel m’aurait tenu à distance. Qu’importe. Laissons les supputations rétrospectives à ceux pour qui le passé est plus important que l'avenir.

 

Le 6 juillet 2005, je dirige le tournage d’un entretien avec Maurice Godelier dans son bureau à l’EHESS, boulevard Raspail. On ne parle que des Baruya. Ses autres travaux seront abordés lors d'autres rencontres.

Voulez-vous visionner le premier entretien ? Version longue et version chapitrée

 

 

Qui est Maurice Godelier ?

 

La formation

Maurice Godelier est né le 28 février 1934 à Cambrai. Entré premier à l'Ecole normale supérieure de Saint Cloud, il est agrégé de philosophie, licencié en psychologie et licencié en lettres modernes. Il entre à l'Ecole Pratique des Hautes Etudes en qualité de chef de travaux auprès de Fernand Braudel puis devient maître-assistant de Claude Levi-Strauss, alors professeur d'anthropologie au Collège de France. En 1975, il est nommé directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Philosophe de formation, Maurice Godelier s'est très vite intéressé à l'économie. Dès 1966, il publie chez Maspero un ouvrage consacré à la notion de Rationalité et irrationalité en économie. Il est alors en France l'un des fondateurs de l'anthropologie économique.

 

 

Enquête sur le terrain

La carrière de chercheur de Maurice Godelier sera profondément marquée par sa rencontre avec les Baruya, une société sans classes et sans état, découverte par les australiens en 1951 et caractérisée par une très forte inégalité entre les sexes et de nombreuses institutions au service de la domination masculine. Il a pu observer et analyser les transformations de cette société d'agriculteurs-chasseurs qui, très rapidement, est entrée dans l'économie de marché, s'est retrouvée intégrée dans un état imposé par l'occident et exposée au prosélytisme missionnaire des églises chrétiennes. Mais parallèlement à ces recherches liées au terrain, Maurice Godelier a exploré plusieurs domaines essentiels pour le développement des sciences sociales : Une réflexion sur les composantes " idéelles " des rapports sociaux, sur la distinction nécessaire entre l'imaginaire et le symbolique, sur la part du corps dans la constitution du sujet social et plus récemment sur la distinction entre les choses que l'on vend, les choses que l'on donne et celles qu'il ne faut ni vendre ni donner mais transmettre.

  

 

Les publications

Ces travaux ont donné lieu à la publication d'une série d'ouvrages, traduits pour la plupart dans de nombreuses langues. Citons :
- La production des Grands Hommes. Pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle Guinée. Ed. Fayard (1982). Prix de l'Académie française.
- L'idéel et le matériel. Ed. Fayard (1984).
- L'énigme du don. Ed. Fayard (1996)
- La production du corps. Approches anthropologiques et historiques et Le corps humain, supplicié, possédé, cannibalisé. Textes rassemblés et édités par Maurice Godelier et Michel Panoff. Amsterdam, Archives contemporaines (1998).

 

Maurice Godelier a collaboré en tant que conseiller scientifique à la réalisation de plusieurs films sur les Baruya : Planète Baruya (1976), réalisé par le cinéaste australien Ian Dunlop, ainsi que les deux films réalisés par Marek Jablonko et Stephen Olsson, cinéastes, et Allison Jablonko, anthropologue (Etats-Unis) : To find the Baruya story et Son nom est venu avec des flèches (1982).

 

Il est également l'auteur avec Jacques Kerchache d'un cédérom :
- Chefs d'œuvre et civilisations - Afrique, Asie, Océanie, Amériques qui a reçu en 2000 le "Best of" des cédérom culture ainsi que l'Eurêka d'Or.

Il a par ailleurs publié plus de deux cents articles dans différentes revues françaises et étrangères.

 

L'une des derrnières piblications (photo de couverture ci-dessus) : Suivre Jesus et faire du business, éditions Thierry Marcahsie, 2017.

 

 

Implication dans la politique scientifique en France.

Outre son activité de chercheur, Maurice Godelier s'est toujours impliqué fortement dans la politique scientifique. En 1982, Jean-Pierre Chevènement alors ministre de la Recherche et de l'industrie, le charge d'une mission destinée à faire des propositions de réformes des sciences humaines et sociales en France. Ses propositions sont présentées dans un rapport de 600 pages intitulé : Les Sciences de l'Homme et de la Société en France. Analyse et propositions pour une politique nouvelle. La Documentation française (1982). Elles préconisent la fin de la division entre humanités et sciences sociales et la création d'un unique département scientifique au CNRS : le département des Sciences de l'homme et de la société. Maurice Godelier en devient le directeur de 1982 à 1986.

 

 

 

Récemment

En 1995, il crée le Centre de recherche et de documentation sur l'Océanie (CREDO) qu'il dirige jusqu'en 1999. De 1997 à 2000, il est directeur scientifique du Musée du Quai Branly.

Maurice Godelier est Officier de la Légion d'Honneur. Il est lauréat du Prix de l'Académie française (1982) et du Prix international Alexander von Humboldt en sciences sociales (1990).

 

Texte du communiqué de presse du CNRS, daté du 20 septembre 2001, à l'occasion de la remise de la Médaile d'Or par le CNRS à Maurice Godelier.

 

 

Autres informations

- Titres et fonctions : consultez

- Bibliographie : consultez

- Photothèque : consultez

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont