De l'Afrique et des Africains

Bilan financier

 

 

Lorsqu'on écrit qu'une série documentaire a été diffusée dans 17 télévisions dans le monde, un mot vient immédiatement à l’esprit : "Combien ?"

 

D’abord, combien de téléspectateurs ?

A cela, nous avons déjà répondu : de  7 à 10 millions.

 

Mais surtout quel coût ? Et quelle recette ?

A l’époque (1975-1976), nous avons fourni un tableau synthétique comptable "Entrées/sorties" aux cinéastes et ethnologues concernés.

Mais nous avons surtout produit un tableau détaillé à Jean Rouch, Jean-Michel Arnold et le producteur Philippe Dussart, lors de la réunion (1) à la Maison des Sciences de l’Homme boulevard Raspail, décrite sur l’écran "Un dialogue virtuel".

Je crains de ne pouvoir le retrouver mais, quarante ans plus tard, je me souviens des chiffres globaux :

 

Dépenses

Quelque 200 000 francs de 1975, ce qui correspond à 157 000 euros aujourd’hui (calculateur inflation), soit 12 000 euros par film (2). 

 

 

C’est peu pour :

- réaliser un internégatif 16 mm à partir du négatif du film original ;

  (exemple : Noces de feu – 31 minutes donnera La Potière – 20 minutes) ;

- réaliser une copie 16 mm son de la VI (version internationale) ;

- Réécrire le commentaire (le travail de l’ethnologue et de Jacques Willemont n’a pas

  été rémunéré) ;

- enregistrer en studio les 13 commentaires avec par Marc Chapiteau ;

- rémunérer le travail du comédien pour les 13 films ;

- monter la nouvelle version avec une monteuse payée au tarif syndical ;

- faire réaliser le banc-titre du générique ;

- mixer la nouvelle VI (pour la vente à l’étranger) ;

- mixer la version française ;

- tirer une copie 16 mm de contrôle ;

- tirer une copie 16 mm pour les prêts aux télés ;

- réaliser cette série (le travail de Jacques Willemont est bénévole) ;

- diriger la production (le travail de Liane Willemont est bénévole) ;

- vendre les films (le travail de Liane Willemont est bénévole).

 

Recettes

Quelque 225 000 francs de 1975 pour les 13 films vendus entre 1975 et 1977. Je ne me souviens plus du montant des sommes payées par telle ou telle télévision, sauf pour la Hongrie, parce que c’est un ami ethnologue hongrois, Boglar Lajos, qui a effectué la traduction et qu’il était lui-même surpris, choqué même, de la petitesse du prix de vente lorsque nous lui avons communiqué : 500 francs par film (3).

 

Résultat

Bénéfice brut : 25 000 francs, soit 10 % du coût.

En sachant que l’inflation en 1975 était de 11,8 % ert celle de 1976 de 9.6 %.

 

Bilan

Lorsque nous disons que l’opération De l’Afrique et des Africains est une « opération blanche » : c’est faux.

En raison de l’inflation à l’époque, nous y avons été de notre poche.

 

 

 

(1) Pardon, lors du "procès" : il manquait une perruque sur les têtes de Rouch et de Arnold, pour que l’illusion soit complète. Dussart tenait le rôle de l’expert à charge.

(2) Ce ne serait plus possible de le faire aujourd’hui pour ce montant : les prix ont explosé

(3) Aujourd’hui, je suis confronté au même problème à propos de "Gnawa, au-delà de la musique".

Ce filmde 55 minutes est passé en 2015 sur 2M, la chaîne culturelle marocaine. Bien entendu, la famille gnawi de Marrakech qui a été filmée en 1969 et 1988, attendait quelque chose de bien supérieur au 5 000 dirhams (500 euros)  que je leur ai proposés, comme "prime" de diffusion.

Il a fallu que je leur présente le contrat sur lequel il était écrit que 2M payait 1 000 euros (mille euros) pour la diffusion et que la traduction en arabe dialectal était à ma charge.

La traductrice marocaine ayant exigé 600 euros, là encore, cette diffusion m’a coûté (en oubliant les frais d’expédition et autres vétilles)

Pourquoi avoir accepté ces conditions ? Parce que, d'abord, c’était à prendre ou à laisser. Et surtout, parce tout ethnocinéaste qui respecte ses interlocuteurs doit présenter ses résultats cinématographies aux gens qu’il a filmés. Enfin, toucher quelque 1.500.000 téléspectateurs marocains d'un coup, ce n’est pas rien

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont