Chant ...

 

 

 

Chant en exil.

 

Histoire du film.

En 1973, la société 7 production a soutenu le tournage d'un film que son réalisateur, Dominique Dante, souhaitait intituler Chant en exil.

Le financement prévu n'ayant pas été obtenu, Dominique Dante a renoncé à poursuivre le tournage et, lorsque la "Révolution des oeillets" eut lieu en avril 1974, la production s'est retrouvée bien seule avec des rushs qui n'intéressaient personne, même pas son réalisateur.

Celui-ci nous a laissé une ardoise bien salée pour une structure aussi démunie que la nôtre.

Intermède

'ai noté au fil des années combien les réalisateurs sont égoïstes. Leur "oeuvre" avant tout. Et qu'importe s'ils ne la terminent pas. 

S'il n'ont pas de quoi se payer un taxi (pourquoi ne prennent-ils pas le métro comme je le fais), ils empruntent 100 balles ... qu'ils ne rendent jamais. Un producteur, quelque soit son envergure : c'est papa/maman.

Il y a deux sortes de "papa/maman". Les vrais producteurs, sévères, intransigeents sur les questions d'argent, détestables ... et détestés. Les demi-sels comme nous l'étions Liane et moi, pas détestables, vraiment bien, ... Mais quelque part méprisés, comme des parents trop cools. Je me rappelle le comportement d'enfant gâté de l'assistant sur le tournage de "And my name is Marcel Gollib" de Patrice Leconte. Comment il s'appelait ? Il a fait un long métrage plus tard. Sans intérêt. C'est pour cela, qu'en plus, j'ai oublié son nom.

 

Tous les éléments de montage furent déposés aux Archives du Film à Bois d'Arcy.

36 ans plus tard, le matériel a été présenté à la Médiathèque de la Cité nationale de l'histoire de  l'immigration qui souhaite l'intégrer dans se collections.

 

 

Avancement du projet.

La numérisation de 2500 mètres de rushes a été effectuée grâce à un financement de la Cité nationale de l'histoire de  l'immigration.
Espaces procède actuellement à la synchronisation de éléments images et sons et surtout à leur sous-titrage.

 

 

Développement du projet.

Il était envisagé pour commémorer le 40ème anniversaire d'avril 1974, de réaliser des entretiens avec les personnes qui figurent dans le film de 1973, mais il n'a pas été possible de trouver des partenaires.
Le projet a été arrêté. Dommage ...

 

Toutefois, ... 

Les bandes vidéos seront déposées après avoir été sous-titrées, à la Médiathèque de la Cité de l'Immigration.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont