Remonter au niveau supérieur de l'arborescence "Académie"

 

L'Académie des 40 ...

Pierrette Ominetti

 

Je ne lui demandais que 15 minutes de son précieux temps.

 

Éléonore

Vous la connaissez bien ?

 

Jacques Willemont

D'une part, je la connais depuis plus de 40 ans. A l'époque, je créais le festival L’Homme regarde l’Homme qui, par un coup de baguette maléfique (attention, vous avez mal lu) : par un coup de baguette maléfique allait devenir Cinéma du réel.

D'autre part, il n'est pas exagéré de dire que Liane ma femme et moi, lui avons mis le pied à l'étrier professionnellement.

J’avais perdue de vue Pierrette depuis plus de quinze ans quand

je reçois le 15 novembre 2017, un courriel ainsi rédigé :

"- Bonjour Jacques, Tu ne t'étais pas trompé. Quelques décennies d'avance peut-être... J'espère que tu vas bien, ainsi que Liane. … »"

L'affiche de Mazinger Z, sur la gauche, là, accompagnait ces quelques lignes.

Éléonore

Oui, j’ai lu cette histoire dans la rubrique consacrée à Goldorak.

 

 

Cliquez sur l'image pour l'aggrandir.

 

Jacques Willemont

Je ne sais plus si dans les pages Goldorak, j’ai évoqué le second courriel de Pierrette 

(il est un peu long, mais il est nécessaire pour comprendre toute cette histoire) :

" - Dans mon désir de tourner des pages et d'entamer ma 3ème vie,  j'ai décidé de quitter Arte et de me consacrer à des choses plus personnelles. Le départ est pour le 22 décembre 2017.
Une petite fête sera organisée par Arte le 12 décembre à 12h30 dans les locaux d'Issy les Moulineaux. Tu y es cordialement invité car tu es en grande partie à l'origine de mon parcours professionnel. Par la découverte des films ethnographiques et celle du Cinéma documentaire, pour témoigner, mémoriser, transmettre. Merci sincèrement pour ce coup de pouce initiateur".

 

Éléonore

Et alors ?

 

Jacques Willemont

Je ne m’y suis pas rendu, parce que Pierrette est un peu sotte. C'est gentil de m'honorer quand les jeux sont faits, rien ne va plus, mais ...

 

Éléonore

Vous savez ce qu'elle a dit ?

 

Jacques Willemont

Oui. Claude Guisard, l’ancien directeur du département des programmes de l’Ina, a participé au pot de départ évidemment, puisque Pierrette a travaillé chez lui avant de partir à Arte. Il m’a confirmé que Pierrette s’était beaucoup répandue sur ses débuts auxquels elle me faisait la "grâce" de m’associer.

 

Éléonore

Qui est Pierrette Ominetti ?

 

Jacques Willemont

Si vous professiez dans l’audiovisuel, vous sauriez. Ces dernières années, elle fut la directrice de l’Unité de Programmes Documentaires d’ARTE France avant de devenir en 2011, directrice déléguée à la coordination des programmes et de la production.

Cliquez sur l'image pour l'aggrandir.

(photo Arte.tv)

 

Éléonore

Ce n’est pas rien.

 

Jacques Willemont

J'étais fier de mon ancienne étudiante, ...

 

Éléonore

Votre étudiante ?

 

Jacques Willemont

Ah ! Je ne vous l'ai pas dit ? Pierrette fut mon étudiante. 

 

Éléonore

Vous vous attendiez à une telle réussite de sa part ?

 

Jacques Willemont

Lors de notre première rencontre ? Non.

Mais oui, lors de notre seconde rencontre.

 

 

 

 

 

 

Je cherche une photo de Pierrette Ominetti jeune.

En attendant, voici le bâtiment à Strasbourg,

dans lequel elle et Lothaire m'apparurent.

 

Éléonore

Quand a eu lieu la première ?

 

Jacques Willemont

En 1974, je crois. Je suis dans ma salle de cours à l’Université de Strasbourg. J’entends le bruit d’une porte qui s’ouvre … et je la vois. Tout de blanc vêtue. Le choc. Elle avait de l’allure.

Quelqu’un la suit et se place à côté d’elle : Lothaire, son mari, tout de blanc vêtue également ? Ils de tiennent la main. Qu’est-ce qu’ils sont beaux tous les deux.

 

Éléonore

Ensuite ...

 

Jacques Willemont

Nous devenons rapidement amis par le fait que j’étais passé par l’IDHEC (aujourd’hui la FEMIS) et que je leur ai donné envie d'y entrer.

Il parait qu'elle l'a affirmé lors du pot de départ d'Arte le 12 décembre ; c'est Claude Guisard qui me l'a raconté.

Ensuite, ils partent à Paris. Nous nous perdons de vue.

 

Éléonore

Et votre seconde rencontre ... ?

 

Jacques Willemont

Elle date de 1976. De Noël 76. Dans un compartiment du métro. Pur hasard.

« - Salut, que deviens-tu ? Et toi ? ». ...

 

Éléonore

... Comme si vous vous étiez quittés la veille ?

 

Jacques Willemont

Exactement. On descend sur le quai. On évoque les bons moments d’amitié à Strasbourg. Puis, Pierrette me raconte qu’elle avait tenté le concours de l’IDHEC avec Lothaire, son mari. Lui avait réussi. Elle non, et elle dépérissait.

Je lui signale que Liane, ma femme, dirige une société de production.

 

Nous l'avions récupérée pour un franc symbolique. Cette structure nous permettait de monter nos projets de films ethnographiques. Et bien plus ensuite : trois longs métrages, une quinzaine de courts métrages (voir 7 production), la série De l’Afrique et des Africains (une grande idée et une belle réussite), Avoir 20 ans, L'encyclopédie des peuples, …

 

Éléonore

Pierrette est impressionnée ?

 

Jacques Willemont

Absolument. C'est encore une gamine. Le lendemain, elle prend rendez-vous avec Liane qui l'engage.

Très vite, je sais que Pierrette sera une grande professionnelle.

 

 

Éléonore

Elle a aussi travaillé avec vous directement ?

 

Jacques Willemont

Oui, sur Mazinger Z. Pierrette, connaissant mes goûts cinématographiques et audiovisuels a manifesté un certain étonnement lorsque je lui ai montré Mazinger Z, ce dessin animé japonais de robots géants.

Je lui ai donc expliqué que si ça marchait, ces séries seraient la vache à lait qui nous permettrait de nourrir NOTRE GRAND PROJET, l’Encyclopédie de peuples : 1 000 films sur toutes les sociétés du monde, existantes ou ayant existé.

 

Éléonore

Cela aurait eu de la gueule !

 

Jacques Willemont

Oui. Mais il fallait monter l'opération Mazinger Z (devenu Goldorak)

 

Pour ne pas me répéter, je vous incite à consulter la rubrique Goldorak

Nous pourrez noter que nous nous sommes secoués pour tenter de placer cette série. En vain. Un plus malin à récupéré la mise.

Du fait de leur scepticisme, un certain nombre de personnes que j'ai sollicitées pour m'aider à monter le projet (et à récupérer l'essentiel des bénéfices : c'est toujours comme cela que ça se passe quand on n'a pas un rond) ont le droit de figurer dans cette rubrique du fait de leur cécité (certains se qualifiaient eux-mêmes de "con") :  Séguéla, Siriski (?) X via René Thévenet, Y.C. Aligator film, ... 

 

Éléonore

Je ne sais pas encore très bien ce que vous lui reprochez, mais il semble qu'elle a détruit votre amitié.

 

Jacques Willemont

Nous avions Pierrette et moi des relations très amicales ...

 

Éléonore

... et rien de plus ?

 

Jacques Willemont

Vous rigolez ! Depuis qu'elle était apparue "tout de blanc vêtue" dans mon cours, je ressentais une très vive attirance pour elle. Elle le savait. Lothaire, son mari le savait. Liane, ma femme, le savait. Même moi, je le savais. Pas d'hypocrisie. Mais de l'amitié, rien que de l'amitié.

 

Éléonore

Pas d'entorse ?

 

Jacques Willemont

Non. Malgré ... Il arrivait que Pierrette et moi nous nous retrouvions "célibataires" à la fin de la journée ; Liane (ma femme) et Lothaire (son mari) étant tous deux en déplacement.

Dans ce cas, nous dinions ensemble au Henri IV, un restaurant polonais, rue du Roi de Sicile (Pierrette est d’origine italienne).

Plats traditionnelles polonais, vodka, et-re-vodka. La douce ivresse. Quand je pense que j'osais conduire une voiture dans cet état.

Après dîner, je la ramenais chez elle.

 

Éléonore

Chez elle ?

 

Jacques Willemont

Justement, non. En bas de chez elle. Je tenais à mon amitié et au respect que je devais à Liane et à Lothaire.

 

Éléonore

Vous évoquiez, Pierrette et vous, cette situation périlleuse ? 

 

Jacques Willemont

Jamais. Pas un mot a fusé. Aucune allusion. Liane et Lothaire avait toutefois connaissance de nos excès vodkaien.

Je conservais mes fantasmes bien au chaud. 

 

Éléonore

Et les siens ? 

 

Jacques Willemont

 

Mystère. Bien entendu 7 production a dû fermer boutique : les frais engagés pour lancer Goldorak (et indirectement, l’Encyclopédie des peuples), la mise à mort de la série ethnologique De l’Afrique et des africains et du festival L'homme regarde l'Homme par ce salopard de Jean Rouch, … ont mis à mal notre trésorerie.

 

Éléonore

L'équipe a éclaté, je suppose.

 

Jacques Willemont

Mais un dernier repas nous a réuni, fin 1977. Et là, sans préambule, Pierrette fit remarquer que je mangeais trop vite. Puis :

« - On dit qu’il y a homothétie (notez le choix du terme mathématique) entre le comportement à table et celui au lit ».

Voilà. Pierrette exprimait clairement qu’elle aussi ... Mais pas de regret. Cela n'aurait pas voulu le coup.

 

Éléonore

Trop rapide selon sa théorie. Vous vous êtes perdu de vue ensuite ?

 

Jacques Willemont

Nous nous fréquentions. Quelques fois par an. Jusqu'en 1994, il me semble. Lorsqu'elle a intégré Arte. 

 

Éléonore

Je crois comprendre l'origine de votre déception. Vous lui envoyez des projets et elle ne les soutenait pas ...

 

Jacques Willemont

Ne faites pas de moi quelqu'un de mesquin. J’en veux toujours à la grande professionnelle de l’audiovisuel de ne pas m’avoir accordé une demi-heure, un quart d'heure de son précieux temps, pour me conseiller lorsque je lui ai fait parvenir mes deux projets. Je ne dis pas "produire", mais "conseiller". et de plus,

DEUX seulement, en plus de 30 ans. 

Gnawa au-delà de la musique en 2005, L’autre mai en 2008.

 

Éléonore

Il s'agissait de projets très personnels.

 

Jacques Willemont

J'avais trop de respect pour elle pour lui envoyer un projet banal. Et je ne demandais pas qu'elle me produise. 

De toute manière, elle ne m'aurait pas produit parce que :

1 - j'étais toujours dans sa tête son prof de fac,

2 - je mangeais trop vite !.

 

Éléonore

(rires)

Ces deux projets ont abouti. 

 

Jacques Willemont

Oui. Je suis parvenu à les monter. Ces deux films ont été diffusés sur des chaines de télévision, dont France 3. Mais cela m'a pris beaucoup de temps. Trop de temps.

J’en aurais certainement "gagné" - du temps - si elle avait "perdu" 30 minutes pour me conseiller.

 

Note : de plus, excusez le manque de modestie, mais le film sur les Gnawa qu'elle a produit à Arte, est dix fois moins intéressant que Gnawa au-delà de la musique.

Enfin, L’autre mai, Nantes mai 68 aurait pu aussi bien passer sur Arte que sur France 3 où il a été diffusé.

 

Éléonore

C'est pour ces "30 minutes"-là que vous avez refusé d'aller à son pot de départ ?

 

Jacques Willemont

Oui. Parce que je la juge un peu "sotte". Mais je ne m'inquiète pas. Elle devait être bien entourée. Après m'avoir un instant cherché des yeux lorsqu'elle parlait de moi (dixit Claude Guisard), une nuée de réalisateurs a dû l'entourer. Tous ceux qui lui doivent un film, plusieurs même, et peut-être leur réussite professionnel. Leur carrière même !

 

Éléonore

Peut-être aussi que ce jour-là, comme elle n'aurait plus de pouvoir, ils ne se pressaient pas tant que cela autour d'elle.

 

Jacques Willemont

Tsss, tsss ! Vous oubliez le courriel qu'elle m'a envoyé :

" - Dans mon désir de tourner des pages et d'entamer ma 3ème vie, ..

Je ne m'inquiète pas pour elle. Je vous parie qu'elle se fait engager par une société privée avant ... je pense qu'aujourd'hui, fin juillet, elle l'est déjà.

 

Éléonore

Je vais suivre cela de près.

 

Jacques Willemont

Ce qui est certain, c'est que le jour de son pot de départ, personne ne devait lui parler d'elle, belle et tout de blanc vêtue, telle qu'elle m'était apparue 40 ans plus tôt.

 

Senza addio, ex-amica mio.

 

 

 

 

Emplacement réservé à la réponse de Pierrette Ominetti :

 

23/07/2018 à 15 h 09 (JW)

Le lien de cette page a été envoyé à Pierrette Ominetti.

 

RÉPONSE de Pierrette Ominetti du 23/07/2018 à 17 h 14 (PO)

Spam ?

 

24/07/2018 à 9 h 15 (JW)

Non, non, pas un spam. Une page sur Pierrette Ominetti.

 

 

RÉPONSE de Pierrette Ominetti du 25/07/2018 à 14 h 20 (PO)

C’est pathétique....

Ciao « amico... »
 

25/07/2018 à 16 h 01 (JW)

Ultime ajout. Jeu de miroir

La projection permet aussi de mettre à l’extérieur et d’attribuer aux autres ce que nous refusons de voir en nous. L’expression populaire : « C’est celui qui dit qui l’est ! » l’exprime bien. — (Florence d'Assier de Boisredon, Écouter, un art de la présence, éditions Desclée De Brouwer, 2011)

 

 

Remonter au niveau supérieur de l'arborescence "Académie"

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont