Remonter au niveau supérieur de l'arborescence "Académie"

 

L'Académie des 40 ...

Lussas. Une certaine censure y sévirait.

 

 

 

 

Discussion du 10 aout 2018

 

Éléonore

Vous avez vu : Monique Peyriere et Bérénice Barbillat organise le 23 aout un "Chantier public" à Lussas. A cette occasion, ils recherchent des "témoignages de ceux qui sont venus aux États généraux, souvent ou une seule fois""Chantier public".

Puisque vous écrivez "Lussas. Une certaine censure n’y sévit-elle pas ?", pourquoi n’allez-vous pas poser la question directement ? 

 

 

Jacques Willemont

Je viens de leur envoyer une proposition.

 

 

 

 

Cliquez pour lire la note que je viens de leur adresser.

 

Éléonore

Est-ce exact que les trois « acteurs techniques » du film, Bonneau, Liane Estiez et vous-même, êtes considérés comme coauteurs ?

Jacques Willemont

En effet. Dans l’esprit de Mai 68 (esprit es-tu là ? j’en doute). Je l’avais déjà écrit il y a quarante ans, dans la revue Impact en 1978. Nous l’avons confirmé par écrit le 2 février 2018. Presque 50 ans après le tournage. Le contrat est enregistré à la Scam.

 

Éléonore

Pensez-vous que Monique Peyriere et Bérénice Barbillat vont vous répondre. 

 

Jacques Willemont

Non. Il faudrait pour cela que Monique Peyriere explique pourquoi elle-même a demandé à Bonneau de présenter Wonder dans son cours à l'Université d'Evry.

 

Éléonore

Elle aussi fait partie du Syndicat ?

 

Jacques Willemont

Je lui demanderai la prochaine fois que je la croiserai.

 

Éléonore

Tout cela est un peu abscons pour ceux qui ne connaissent pas l'affaire. 

 

Jacques Willemont

Comme je ne suis pas sûr que Monique Peyriere et Bérénice Barbillat la connaissent également, je leur ai adressé un  document circonstancié.

 

 

 

Cliquez sur l'enveloppe.

 

(note du 31/08/2018 : Chère Monique.

Désolé pour le premier jet, rempli de "coquilles" : un ami m'a tancé et il a eu la délicatesse de me proposer quelques suggestions de corrections. Je l’en remercie parce qu’il est vrai que les scories affaiblissaient l’intérêt du propos.

Cordialement.

 

Éléonore

Dans le texte de la lettre, vous évoquez une dénonciation calomnieuse, sans plus de précisions. Il faudrait développer un peu.

 

Jacques Willemont

Vous avez raison.

Le texte évoqué a probablement été écrit par Daniel Edinger, actuellement secrétaire général du SRF, syndicat des réalisateurs de films d'obédience CGT (à ne pas confondre avec la SRF, société des réalisateurs de films). Il était autrefois étudiant à l'IDHEC et, en 1968, il a pris la Présidence de l'association des étudiants en grêve.

Il se permet d'affirmer que ...

 

Liane Willemont

Laisse-moi le lire :

Au mois de septembre les locaux de la Porte des Ternes sont démolis pour faire place au boulevard périphérique et à la rentrée d'octobre 1968 dans des locaux provisoires dans le 17ème arrondissement Jacques WILLEMONT et Liane ESTIEZ ne sont plus là. Il semblerait qu'ils soient partis avec la copie de travail et la copie standard du film WONDER dont ils auraient vendu des droits de diffusion à la télévision finlandaise (ou à une autre télévision nordique) sans prévenir l'AGIDHEC.

 

Éléonore

Je vois le genre. La plupart des procès politique à travers le monde, commencent de cette manière. Une rumeur. Et puis ... Qu'est-ce qui vous permet de laisser entendre que c'est Daniel Edinger qui a acrit le texte ?

 

Jacques Willemont

Parce que je dispose de lettres du même cru qu’il a adressées à la Scam il y a quelques années. Les mêmes mots, les mêmes idées, si on peut appeler cela des idées. Plutôt des éructions.

 

Liane Willemont

Jacques et moi n’avons pas vendu "Wonder" en Finlande (ni dans un autre pays nordique). Nous avons failli porter plainte contre Daniel Edinger pour diffamation. Mais nous vomissons à l’idée de devoir le croiser où que ce soit.

Toutefois, Jacques a écrit aux Archives finlandaises (l’équivalent de l’INA) dans un premier temps. On verra bien.

Il demande aussi des comptes à la Scam, puisque Lassave affirme que c’est notre société civile qui lui a transmis ce texte.

 

Dernière nouvelle : Liane et Jacques Willemont portent plainte.

Le 28 aout 2018, Jacques Willemont a retrouvé un email d'Emmanuelle Ferrari, chargée de mission "cinéma" à la Ville de La Ciotat en 2013. On peut lire le message de Jean Lassave qu’elle a transmis :

"- Bonjour Emmanuelle, 

[...] à propos du film “La reprise du travail aux usines Wonder”, point de référence du futur festival ciotaden “Cris du monde”, je me permets de te transmettre la vraie histoire du film (cf pièce jointe. On retrouve ce même récit corroboré par de multiples témoignages et documents dans.),  ayant moi-même été interpellé par mon camarade du syndicat des réals Daniel Edinger (lui-même interpellé par Pierre Bonneau) ...

... il ne faut surtout pas froisser les esprits et si possible faire corriger la “génèse” présentée du film (dans le site du festival).

Je t’appelle bientôt. Bien à toi, JEAN L."

 

Liane et Jacques Willemont sachant enfin nettement d’où vient non plus la rumeur, mais la calomnie, ont décidé de porter plainte contre les trois compères : Daniel Edinger et Pierre Bonneau qui sont probablement à l'origine du texte et Jean Lassave qui a transmis ce texte calomnieux, en connaisasnce de cause.

Affaire à suivre.

 

Éléonore

Vous écrivez :

"-N’assiste-t-on pas à une recrudescence de comportements mafieux qui privilégient

la "Famille", au détriment des hommes libres, indépendants, de ceux qui refusent tout communautarisme, une Famille qui peut même s’appeler le Syndicat ?"

Cela ne va pas leur plaire.

 

Jacques Willemont

Ce sont ceux-là même qui revendiquent de manière sempiternelle le droit à la liberté de création, à la liberté de pensée qui se comportent comme des mafieux.

Pourquoi voudrais-je leur plaire. Il y a longtemps que je ne leur accorde même plus mon estime. Je suis un honnête homme. A la vue de ce texte, je me crois autorisé à dire : "Pas eux".

 

Éléonore

Et qu'en disent les gens de Lussas ?

 

Jacques Willemont

Je lis un courriel du 9/02/2017, il y 18 mois.

Bonjour Jean Marie Barbe
Envisagez-vous de mener une nouvelle réflexion sur le cinéma militant des années 68 ?
J’ai peut-être un point de vue “anticapitaliste” à faire valoir. “L’autre mai” en est un exemple. Pour aout 2017 ou aout 2018 ?
 Si vous passez par Paris je vous invite à déjeuner.
 Cordialement

 

Éléonore

Pas de réponse, je suppose ?

 

Jacques Willemont

En effet. Je viens de lui envoyer un second courriel en notant simplement

"Courriel du 09/02/2017 laissé sans réponse"

Puisque Jean-Marie Barbe, pour qui "le cinéma documentaire permet de s'ouvrir sur le monde et les autres, permet de se documenter et oblige à penser en dehors des sentiers battus" ne me répond pas, posez lui vous-même la question. Pourquoi ? Allez-y, osez.

(il suffit de cliquer sur le lien ; précisez qu'il s'agit d'un message destiné à Jean-Marie Barbe ; et faites-moi connaître sa réponse).

 

 Éléonore

Vous avez aussi prévu d'envoyer le texte à plusieurs personnes ...

 

 Jacques Willemont

C'est en route :

- Pierre Bonneau

- Gérald Collas : courrier du 16/08/2018 - courrier normal

 

- Richard Coppans : courrier du 14/08/2018 - numéro de suivi RAR : 1E00179166064

Distribué le 27/08/2018

 

- Daniel Édinger : courrier du 14/08/2018  - numéro de suivi RAR : 1E00179166071

Distribué le 27/08/2018

 

- Jacques Kirsner : courrier du 15/08/2018 - courrier normal

 

- Jean Lassave : courrier du 04/09/2018 - numéro de suivi RAR : 1E00179485820

Distribué le 06/09/2018

 

- Bernard Thibault

- Michel Vigier

 

Éléonore

Pourquoi ne pas envoyer les lettres par courrier simple ou par courriel ?

 

Jacques Willemont

Parce que personne ne répond ou n'accuse réception : je n'ai rien vu, rien entendu, ... C'est trop facile.

Lorsque je téléphone à Jean Lassave pour lui demander de qui il tient "la vrai histoire de Wonder", il commence par hurler : "Il y en a marre de cette histoire !", jusqu'au moment où je lui rappelle que c'est lui qui l'a déterrée le 25 septembre 2013, 45 ans après le tournage de « Wonder ».

Qu’ils assument leurs contradictions et leurs lâchetés.

 

Éléonore

Vous avez raison. Et ils sont quand même gonflés de vouloir passer aujourd'hui pour des victimes parce vous avez cessé de vous taire. Passons.

Par contre, n'oubliez pas le chef opérateur toujours anonyme.

 

Jacques Willemont

Je ne l'oublie pas. Je ne donne pas son nom parce que William Shakespeare fait dire dans Henri IV :

"Don't shoot the messenger".

Alors que la tradition voudrait qu'il soit tué.

 

 

 

Lecomte Nouÿ 

"Les porteurs de mauvaises nouvelles".

 

Éléonore

Il nous reste plus qu'à attendre la suite ....

 

Suivi

La page est en ligne depuis le 10 aout. Les lettres partent au fur et à mesure que j'ai cinq minutes. Et j'attends.

 

Rassurez-vous je ne me retourne vers le passé que 15 à 30 minutes par jour. Le reste du temps, je prépare deux films documentaires (sous pseudonyme, ben oui !) et je travaille sur l'ambitieux projet culturel et pédagogique Lascaux, au-delà des images ... ce foutu "chef d'oeuvre" du compagnonnage. Mes "compagnons" ? Des professionnels qui m'accordent un peu de leur temps, ainsi que des étudiants.

 

 

Envoyé par Sipapo (une histoire amazonienne) le 16/08/2018 sur la page Facebook de Lussas.

Si vous me permettez, et cela n'enlève rien à "L'un des meilleurs festivals de cinéma en France", mais un réalisateur et coauteur célèbre (mais pas célébré) considère qu'une certaine censure est exercée à Lussas. Le réalisateur ? Celui à qui on doit ce film de 1968, "Wonder" ou "La reprise du travail aux usines Wonder", si vous voulez. Ce film qui a été présenté en 1993 à Lussac, mais pas par son réalisateur qui n’était pas tenu au courant. Celui-ci met en cause les pratiques mafieuses du Syndicat qui semble contrôler indirectement une partie du cinéma d’auteur en France (subventions, récompenses, projections dans les festivals, etc.). Cet auteur est-il un réactionnaire sans foi, ni loi ? Que nenni. Il a prouvé avec le film « L’autre mai, Nantes mai 68 » qu’il est assurément plus progressiste, voire révolutionnaire que les gens du Syndicat et, surtout, que son secrétaire général ex-gauchiste anti communiste en 68 justement, reconverti dans la ligne …. Tout cela ne vous dit rien ?

Consultez le site de Jacques Willemont, le réalisateur de "Wonder", justement : https://www.willemont.pro/académie-des-40/lussas/

(photo ci-jointe de 1969 : il avait une bonne tête n'est-ce pas ?)

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont