Remonter au niveau supérieur de l'arborescence "Académie"

L'Académie des 40 ...

Jean-Michel Frodon

 

La grenouille qui veut se faire aussi grosse qu'un boeuf

 

 

A ma droite Jean-Michel Frodon ; à ma gauche, Emmanuelle Ferrari.

Nous sommes dans un bistrot à Paris en 2012, je crois, et nous préparons le festival CRIS DU MONDE.

 

 

 

 

Eléonore

Pourquoi cette référence à La Fontaine ?

 

Jacques

Regardez-le. Sur son visage est inscrite une moue qui signifie : « Moi. Le grand J-M.F avec ces deux ... ?’ ».

 

Eléonore

Maintenant que vous le dites, … c’est vrai. Il exprime de manière muette un réel sentiment de supériorité.

 

Jacques

C’est peu dire. Ce n’est plus du sentiment, c’est une conviction. Ses traits crient : "Je vous suis supérieur !".

 

Eléonore

Mais … Expliquez-moi comment vous vous êtes rencontrés.

 

Jacques

C’est lui qui m’a appelé. Vers 2010. Il était alors rédacteur en chef des Cahiers du cinéma. Il devait écrire un article pour une encyclopédie du cinéma, sur La reprise du travail aux usines Wonder. Il voulait connaître ma version des conditions de tournage. Je raconte ce qui est écrit dans ce site.

Pendant la discussion, il évoque un projet d’émission de télé avec ses copains d’Arte sur le pan séquence. « Wonder » serait en bonne place. Je me montre intéressé.

 

Eléonore

Cela a eu une suite ?

 

Jacques

Oui et non. Il faut dire qu’il a été viré de son poste aux Cahiers. Toutefois, il écrira l’article.

 

Eléonore

Et ?

 

Jacques

Cela me donne des boutons de parler de ce mec.

 

Eléonore

Cela se voit : je dois vous arracher les mots de la bouche.

 

Jacques

Donc, lorsque trois ans plus tard, en 2014, l’article me tombe sous les yeux, je découvre évidemment qu’il s’est contenté de perroquer, de reproduir la version CGT de l’origine de ce film, celle soutenue par le secrétaire général du syndicat des réalisateurs de film,  j’ai nommé ... Daniel Edinger. Celui qui a vendu mon film à Karmitz sans me prévenir. Celui qui, pour ce faire, a fait signer une cession de contrat d’auteur par Jean-Denis Bonan, alors que ce mec n’était pas sur le tournage. Celui qui, pour justifier l’utilisation non rémunérée de "Wonder" dans sa série télé "Génération" fait tout pour me déposséder  du titre de réalisateur de ce film en me mettant Pierre Bonneau dans les pattes. Etc… 

 

Eléonore

Je suis au courant. Pas seulement par vous, mais d’autre voies. Edinger est lamentable.

Revenons à l’émission de télé.

 

Jacques

Je l’ai recontacté vers 2011. Je venais de voir un film "à la française" : la fille d’un avocat couche avec le fils d’un architecte et sa copine voudrait … Un film de et sur la bourgeoisie française. Ras le bol. La réalisatrice connaît son métier. C’est propre. C’est bien empesé. J’ai oublié le nom de mla réalisatrice. Ben oui, avec un tel film ! On oublie tout.

 

Eléonore

Je connais votre refrain : "ils filment leurs nombrils alors que le monde entier crie sa colère …".

 

Jacques

Exactement. Aussi, je propose à Fredon, un festival de films sur le plan séquence intitulé "Les cris du monde" qui deviendra "Cris du monde"

Cela tombe bien, il cherchait quelque chose à proposer pour l’inauguration de l’Eden à La Ciotat, la salle mythique des frères Lumière que Marseille-Provence 2013, ville européenne de la culture restaurait.

 

Eléonore

Le festival a eu lieu ?

 

Jacques

Oui, voilà son programme.

 

Eléonore

Tout est bien qui …

 

Jacques

Non. Tout n’est pas bien. Parce ce triste sire s’est fait passer pour le créateur du festival.

 

Eléonore

Comment l’avez-vous su ? Il l’a écrit ?

 

Jacques

Non, il ne pouvait pas quand même. Ou je ne le sais pas. Mais en avril 2013, Emmanuelle Ferrari, la chargée de mission cinéma de la ville de La Ciotat me remerciait d’avoir aidé Fredon à monter le festival … j’ai un email qui en témoigne.

 

Eléonore

Elle avait mal compris …

 

Jacques

C’est ce que j’ai pensé, d’autant plus que … je veux dire que madame Ferrai n’est pas très fiable. Mais c’est une autre question.

Revenons à Fredon. Au cours du festival de Cannes, en mai 2013, alors que nous faisions la promotion de notre propre festival, une des fonctionnaires de l'Institut français m’a dit littéralement la même chose : « merci d’avoir aidé Fredon ! ». Alors, je n’ai plus eu de doutes.

IL SE FAISAIT PASSER POUR LE CREATEUR, FONDATEUR ET TOUT ET TOUT, ... Pauvre petit … Je sais, je me répète.

 

Eléonore

Ce mec se faisait passer pour le créateur du festival.

 

[silence]

 

Eléonore

Il y a autre chose ?

 

Jacques

Oui. En raison d’un conflit entre la ville et monsieur xxx, le festival était en danger début 2013. Espaces, l’association que je manageais venait de recevoir une subvention pour un tournage qui ne devait avoir lieu qu’en juin. J’ai proposé de fournir la trésorerie de manière transitoire. Remerciements, promesses réitérées de remboursements dès que, … Mon cul !

L’association Eden des Lumière qui a perçu ensuite toutes les subventions, me doit toujours plusieurs milliers d’euros. Entre sept et huit mille.

 

Eléonore

A vous ou à l’association Espaces ?

 

Jacques

A l’association, signataire du contrat avec l’Eden, mais j’ai dû personnellement boucher le trou.

 

Eléonore

8 000 euros, c’est quatre mois du montant de votre retraite. Mais leur attitude s'explique peut-être par le fait que FRODON, c'est le créateur et WILLEMONT le prestataire que l'on peut cocufier en ne le payant pas.

Les fonctionnaires qui ne prennent aucun risque dans leur avis sont coutumiers … et friands … de ces malversations.

 

Jacques

Certainement. N'empêche que, pour ma femme et moi, plus de vacances, plus de restos, … Je n’ai pas hérité de papa comme monsieur Fredon.

 

Eléonore

Et il n’a rien fait pour …

 

Jacques

C’est pour cela que je lui en veux. Parce qu’il avait l’oreille de Bernard Latarget à qui il a propsoé MON idée de festival et de Jean-Francois Chougnet. Concernant Chougnet, je lui ai taillé un costard, parce que quand même …

 

Eléonore

Reste-t-il un cadavre dans un placard ?

 

Jacques

Oui, parce que je suis un teigneux.

Je tombe sur … – c’est fou ce que je tombe sur … un autre article de monsieur Frodon. Dans « Slate ».  Son titre « Si, si, il y a eu de vrais films en Mai 68, la preuve ». Sa date 29 avril 2018. Il écrit :

Jacques Rivette affirmait de son côté que le seul véritable film de Mai 68, bien que filmé en juin, était l’effectivement inoubliable Reprise du travail aux usines Wonder, plan séquence de 10 minutes tourné par des étudiants de l’IDHEC [c’est moi qui souligne], l’école de cinéma. Là s’expriment toute la tristesse et la rage d’une ouvrière que les cadres syndicaux veulent contraindre à reprendre un travail immonde, tristesse et rage en écho à la fin de l’espoir d’un changement radical qui avait fleuri durant les semaines précédentes.

Si j’ai mal lu, et si vous trouvez ailleurs mon nom dans l’article, faites le moi savoir.

Lien vers l'article.

 

Eléonore

Mais a-t-il bénéficié d’infos que les autres ne connaissent pas ?

 

Jacques

Oui, en 2013, je lui ai fait voir et entendre cette bande.

 

Eléonore

Elle est explicite. On entend qui est le « patron », celui qui décide, celui qui réalise finalement. Vous avez raison, c’est vraiment un sale … petit … petit, petit, …

 

Jacques

Et surtout, dans « frodon », il y a « frode » ou « fraude

 

Eléonore

Finalement, il n’est pas « fondateur » mais « fraudateur ».

 

Rires. !

 

 

Email adressé avec un mot de passe le 7 mars 2019 à Jean-Michel Frodon. 

 

Cher monsieur,

Voilà la page vous concernant sur mon site personnel. Comme il y a quand même 150 personnes qui le consultent chaque jour, vous pouvez peut-être souhaiter apporter quelques corrections : faites les moi connaître.

Pas de salutations hypocrites.

 

Il n'y a pas de lien sur l'enveloppe.

 

Je n'ai pas eu de réponse.

Par prudence, j'envoie un duplicata le 24 aoüt 2019

Si vous lisez cette page, c'est que Jean-Michel Frodon n'a pas cru nécessaire de répondre.

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont