J.W.

    

    

Mes fils viennent de m'offrir le dernier Tintin.

En fait un Tintin posthume. Édité après la mort d'Hergé.

Il me semble qu’ils ont voulu me signifier que sa mort ne me privait pas de nouvelles aventures du petit détective à la houppe puisque, ayant 77 ans le 30 mars 2018, j’aurais passé l’âge de les lire.

 

 

 

11 x 7 années + 9 mois.

J'ai découpé symboliquement ma vie en 11 périodes de 7 années (+ les foutus 9 premiers mois).

Cette mathématique est un peu artificielle, j'en conviens, mais elle est pratique.

Et puis, pour l'ethno-cinéaste que je suis, cela a du sens.

Presque tous les ans, lorsque j'enseignais, je commençais l'un de mes cours par cette question :

"- Pourquoi le chiffre 7 est-il associé à tant d'activités humaines ?".

Vous le savez ? J'en doute. Comme pour la symbolique du chiffre "40". Comme le rapport qui existe entre Vénus et Jacques, fils de Zébédée, frère de Jean, tous deux pêcheurs du lac de Tibériade et apôtres de Jésus-Christ. Saint-Jacques, quoi.

Je vous expliquerai plus tard.

 

Le + 9 mois est là pour me permetre de raconter ce qui est advenu de la rencontre un certain 18 juin 1940 dans une ferme à Montignac, en Dordogne, entre mon père et ma mère qui ne s'étaient point vus depuis plusieurs mois.

 

 

Pourquoi "7"

Faisons un peu d'anthropologie ... Cela tombe bien, je suis aussi ethnologue.

En cours d'écriture.

 

 

    

Surtout, ne pas oublier Liane.

J'ai tendance à écrire, "je", "moi", etc. Mais rien, absolument rien de Grand n'aurait existé sans Liane.

C'est elle qui dirigeait la société "7 production" ; c'est elle qui a vendu la série "De l'Afrique et des Africains" dans 17 télévisions. 

Enfin, dans le même temps, elle a apporté à ses deux fils, les soins et l'affection qui leur ont permis, devenus adultes, de trouver harmonieusement leur place dans ce monde. 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont