Remonter au niveau supérieur de l'arborescence "Actualité"

 

 

 

Actualité

L'académie des 40 crétins.

 

 

 

Si vous n'y voyez pas d'inconvénients majeurs, je souhaiterais créer en 2018.

 

l' ACADEMIE DES 40 CRETINS.

 

Dans l'esprit des GERARD(s) DU CINÉMA. Vous devez connaître ? Cette parodie qui récompense chaque année les pires réalisations du cinéma français.

 

Cette académie des 40 crétins récompenserait les pires gens : 40 personnes – hommes et femmes à égalité - qui, du fait d’un talent exceptionnel, voire du génie de la malfaisance, ou grâce à un travail d'auto-sape de tous les instants, sont parvenus à être détestés, moqués, calembourés par un nombre très significatif de parents, enfants, amis, amies, enseignants (ils étaient déjà comme cela tout petit), supérieurs hiérarchiques, collègues et employés.  

 

 

Pseudo-interview

Le journaliste

- D'où vous vient cette idée ?

 

JW (modeste)

- Tout le monde aurait pu l’avoir en voyant comme moi, une photo des obsèques officielles de notre plus charmant des Académiciens. Tenez, je l’ai avec moi.

 

 

Voilà ce qu'en dit Le Monde du 5 décembre 2017.

Tout en étant obligé de s’inscrire dans la lignée des comtes d’Ormesson, il s’était fait son propre nom, en forme de sourire, qui reflétait bien son caractère facétieux : Jean d’O. Plus il vieillissait, plus Jean d’Ormesson – qui est mort dans la nuit du 4 au 5 décembre à l’âge de 92 ans – était charmant et charmeur, avec son œil si bleu et son air à jamais espiègle. « Il a toujours dit qu’il partirait sans avoir tout dit et c’est aujourd’hui. Il nous laisse de merveilleux livres », a déclaré sa fille, Héloïse d’Ormesson. Il pensait avec raison que la gaieté est une politesse et voulait mériter un qualificatif presque perdu, « dans un siècle où règne le ressentiment » : délicieux.

En savoir +.

(photo Richard Dumas pour Agence Vu)

 

 

 

J'en ai connu un d'Académicien. D'assez près. Un seul, mais vraiment charmant aussi.

Je ne connais personnellement qu'un seul Académicien. J'ai vécu pas très loin de lui pendant six mois. A Saumur. Où nous faisions, lui et moi, nos "classes". 

"Faire ses classes" ? Qui connait encore l'expression ? Le dictionnaire de l'Académie - encore lui - prècise :

Faire ses classes, acquèrir les rudiments de la formation militaire.

 

Saumur ? Pas le vin. Il faut que je vous explique. Dans un contexte militaire, la mot "Saumur" suffit pour évoquer l'École qui forme les officiers de Cavalerie. Nous étions tous deux des appelés. La guerre d'Algérie n'était pas terminée.

Tout le monde à Saumur connaissait très bien Jean-Loup Dabadie. Le capitaine Shiffer qui commandait notre escadron, lui demandait de ... donner le ton. "Dababie le ton !"

Et Dadabie de s'exécuter avec plaisir (il a une très belle voix) :

"C'est nous les descendants des régiments d'Afrique, ..." chantait Dabadie (ou quelque chose d'approchant). Et nous partions tous ensemble du pas droit en chantant les refrains militaires censés donner du coeur  ... 

 

Fin septembre 1962, tous deux Sous-Lieutenants (Aspirants, en fait, mais passons sur les détails) nous sommes partis, lui à Tarbes dans un régiment de parachutistes (c'est écrit dans la fiche Wikipédia Dabadie), moi à Bône en Algérie (Annaba aujourd'hui) dans un régiment de spahis (voi la fiche Wikipédia Willemont).

 

Nous ne nous sommes jamais revus. Pas du même milieu. Ni avant. Ni pendant. Ni après (je n'aurai pas droit à la Cour d'Honneur mais, à la lecture de ce que j'écris sur ce site, vous jugerez avec moi que je mérite le rang de premier Académicien de la Crétinerie).

 

Qui va avoir l'honneur ?

Les autres ? Pas Dabadie que j'estime. Mais je pense à Jacques Séguela (avec une affaire que tout le monde connait et une autre, dont je suis le seul en mesure de la révèler). Madame Isabel Terrel aussi, DG délégué de Natixis Coficiné, qui sera certainement bien surprise d'être honorée de cette sorte. Aujourd'hui mon nom ne lui dit rien de rien. En 1991, c'était autre chose. Je lui dois des années de quasi-misère pour une faute d'indifférence de sa part. La plus grave des fautes. C'était au moment de la première guerre du Golfe et du dépôt de bilan de la "5", celle de Berlusconi et Lagardère.

 

Et d'autres ...

 

A suivre ...

 

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Jacques Willemont